Les secours arrivent

Les secours arrivent

juin 20, 2019

Comment fonctionne le service d'appel d'urgence automobile eCall

Le bouton d'appel d'urgence (généralement rouge) sur le tableau de bord est obligatoire pour tous les véhicules vendus dans l'Union Européenne depuis le 31 mars 2018, bien que certains modèles en étaient équipés plus tôt. Il déclenche un appel vers le numéro d'urgence européen, le 112. Cette situation pourrait être provoquée par un grave problème de santé d'un des occupants du véhicule nécessitant une intervention immédiate, ou suite à un grave accident de la route impliquant un autre véhicule et dont une personne tierce serait témoin.

Cependant, une fonction autrement plus importante du système eCall consiste à émettre un appel d'urgence lorsqu'un airbag a été déclenché, ce qui se produit généralement lors d'un impact important. Grâce à la technologie eCall, peu importe où vous vous trouvez en Europe, vous êtes sûr que le centre d'appel d'urgence recevra toutes les informations essentielles dont le service d'intervention d'urgence a besoin : la localisation de l'accident (coordonnées géographiques), la direction du trajet (important sur les autoroutes), l'heure de l'accident, le type de véhicule, le type de propulsion du véhicule ou le type de carburant utilisé (important pour les pompiers), et le nombre d'occupants (basé sur le nombre de ceintures de sécurité attachées ou autre méthode de détection d'occupation des sièges).

Des informations supplémentaires sont optionnelles. Une connexion vocale doit être établie pour permettre la transmission des données. En utilisant cette connexion, l'opérateur peut échanger avec les occupants si ceux-ci sont en possibilité de répondre. D'autres informations peuvent également être obtenues à partir de la console audio.

Plus de victimes d'ici 2050

Plus de victimes d'ici 2050

La technologie eCall a été lancée après plusieurs années de discussion et de coordination au niveau Européen. L'Union Européenne a adopté des initiatives locales, telles que le projet Vision Zero en Suède, dont l'objectif était d'utiliser des moyens administratifs et techniques dans le but de réduire à néant le nombre de blessés et de mort sur les routes.

Cependant, l'Union Européenne a récemment revu à la baisse ses objectifs initialement très ambitieux. Selon la planification actuelle, l'objectif initial de réduire de moitié le nombre de décès sur les routes entre 2010 et 2020 sera atteint en 2030. D'ici 2050, il ne devrait presque plus y avoir de victimes sur les routes en Europe.

Les fabricants prennent le contrôle

Les fabricants prennent le contrôle

Une condition préalable pour un système d'appel d'urgence automobile est que les véhicules connaissent leurs localisations à tout moment et puissent les transmettre sans fil. Les technologies nécessaires, à savoir des systèmes de positionnement satellite et de télécommunications numériques, ont été introduites pratiquement simultanément aux États-Unis au milieu des années 1990 et ont rapidement été utilisées pour mettre en place des services d'appel d'urgence automobile exclusifs. General Motors et Ford en ont été les pionniers, GM avec son système OnStar, qui fut le premier mis en place sur la Lincoln Continental de 1996, et Ford avec le RESCU, qui nécessitait l'appui sur un bouton pour déterminer la localisation au lieu d'un fonctionnement automatique. Les premiers fabricants européens ont suivi peu de temps après, avec BMW en 1997.

Cela signifie que, pendant longtemps, les services d'appel d'urgence n'étaient ni normalisés, ni gérés par les autorités publiques. Au lieu de ça, elles laissaient l'initiative aux fabricants qui naturellement n'avaient aucun objectif politique, ils voyaient leurs services comme des avantages commerciaux et souhaitaient en faire des atouts très lucratifs. Les centres d'appel d'urgence n'étaient donc pas des services publics. Ils étaient privés et commerciaux. En revanche, le système européen eCall est un système obligatoire et l'ensemble des 28 états membres sont obligés de l'adopter. Pour lui permettre de fonctionner partout en Europe, une solution qui à cette époque était une technologie de pointe a été choisie, mais celle-ci ne correspond plus à la perspective d'aujourd'hui.

Dépassée dès le départ

Dépassée dès le départ

Lorsque les bases de la technologie eCall ont été posées, le seul système pouvant être considéré comme largement disponible était le système de communications mobiles GSM, maintenant appelé système 2G. Bien que le GSM soit numérique, ce qui signifie qu'il émet des bits, il s'agit principalement d'un système vocal pur. Des extensions du standard, telles que le GPRS et les SMS, ont permis des communications de données élémentaires, mais d'un point de vue sécuritaire, des réticences existaient quant à l'exigence de leurs disponibilités. Pour permettre la transmission des données malgré cela, une astuce a été utilisée : les bits ont été convertis en sons et envoyés par le canal vocal.

Les télécopieurs fonctionnent également de cette manière, et si vous avez déjà appelé un numéro de fax par erreur, vous savez à quoi ressemblent ces sons. Cette méthode n'est pas très rapide avec les normes actuelles, mais elle l'est suffisamment pour la technologie eCall. Seuls 140 octets doivent être envoyés au centre d'appel d'urgence, à peine plus qu'une ligne de texte. Cet ensemble minimal de données (MSD) contient les informations décrites précédemment. De ce point de vue, il n'y avait aucun problème avec le système puisqu'il remplissait son objectif. Mais il y a une autre raison pour laquelle les véhicules équipés de cette solution sont probablement plus anciens que le système eCall : les réseaux GSM sont en voie d'extinction. Leurs fréquences ont besoin en urgence de méthodes plus évoluées telles que la LTE et la 5G. Maintenant que la LTE peut également transmettre la voix (contrairement au GSM, qui est un système de données sans fil pur ayant été équipé d'un système voix), il n'y a plus besoin d'un système voix pur tel que le GSM, puisque la couverture LTE sera disponible partout en Europe d'ici quelques années. Si l'Union Européenne souhaite disposer d'un système d'appel d'urgence automobile fonctionnel, de nouvelles résolutions doivent être prises rapidement. Ce ne sera pas difficile d'un point de vue technique, car le successeur est déjà connu.

Soit dit en passant, la Russie est cette fois bien en avance sur l'Union Européenne. Son système d'appel d'urgence ERA-GLONASS n'est pas uniquement obligatoire en Russie et pour les pays membres de l'Union Douanière Eurasienne (EACU) depuis 2015, il intègre également les bus et les camions (seuls les véhicules particuliers en Europe) et fonctionne aussi au sein des réseaux UMTS (3G). Il utilise le système satellitaire Russe GLONASS pour la localisation, mais peut également fonctionner avec le GPS. À part ça, la technologie ERA-GLONASS fonctionne de la même manière que la technologie eCall et transmet les mêmes informations.

La relève est prête

La technologie eCall de nouvelle génération (NGeCall) utilise l'un des modules logiciels de la norme de communications mobiles LTE. Le sous-système multimédia IP de la LTE (IMS) permet une mise en œuvre moderne de la fonctionnalité eCall de base et propose un grand nombre d'extensions. Les signaux sonores font parties du passé dans la version basée sur la LTE. Cependant, le système moderne configure une connexion voix (voix sur LTE, VoLTE), un composant essentiel de tout système d'appel d'urgence.

La technologie NGeCall transmet les mêmes données que la technologie eCall : un ensemble minimal de données de 140 octets. Malgré cela, même si le système établit une connexion rapide des données, il propose également la possibilité d'une transmission de données supplémentaires qui pourraient être très utiles en situation d'urgence. Par exemple, des montres intelligentes reliées aux systèmes télématiques du véhicule pourraient fournir les données de l'état de santé des occupants. Ou une caméra en direct pourrait fournir une vue de la situation sur site. D'autre part, il est envisageable qu'un centre d'appel d'urgence puisse envoyer des commandes de contrôle à distance au véhicule, par exemple pour déverrouiller les portes ou couper le moteur. Cette dernière hypothèse était déjà possible en 2009 avec le système GM OnStar, mais il était uniquement conçu pour désactiver les véhicules volés.

Bien que la technologie NGeCall ait été définie techniquement, elle n'a pas encore été officiellement adoptée, son avenir reste donc incertain. Puisque la plupart de ses prérequis techniques existent déjà, on peut supposer que les constructeurs prendront l'initiative comme ils l'ont fait aux premiers jours des systèmes d'appel d'urgence. Plusieurs systèmes télématiques prennent non seulement en charge la technologie eCall, mais également un système spécifique à la marque, dont la conception ne dépend uniquement que de la discrétion du fabricant. Le fabricant doit seulement s'assurer que le standard eCall s'active automatiquement si son propre système n'est pas disponible, ou que les propriétaires du véhicule soient libres de choisir le système qu'ils veulent utiliser.

Sécurité testée : tests eCall, NGeCall et compagnie

Sécurité testée : tests eCall, NGeCall et compagnie

Comme pour tous les systèmes de communications et de traitement de données complexes, le fonctionnement sans erreur d'un système d'appel d'urgence automobile doit être vérifié lors de tests. Les unités télématiques du véhicule doivent être capables de générer et traiter les signaux exactement comme défini par les normes. Rohde & Schwarz a développé une solution de test universelle également adaptée aux technologies eCall, NGeCall et ERA-GLONASS. Le système de test simule un environnement réel composé d'un réseau mobile et d'un système de positionnement satellite. Il exécute un scénario d'urgence et mesure le comportement du dispositif sous test, c'est une unité télématique (système embarqué dans le véhicule ou IVS).

Le système de test se compose d'un testeur de communications radio mobiles R&S CMW500 qui simule le réseau mobile (GSM, LTE ou n'importe quel autre réseau), d'un générateur de signaux R&S SMBV100 qui produit les signaux satellite (GPS, Galileo ou GLONASS), ainsi que d'un PC qui joue le rôle du centre d'appel d'urgence (centre téléphonique de sécurité publique, PSAP) et contrôle la séquence de test. Tous les scénarios pertinents peuvent être simulés avec cette configuration de test, comme le cas où le véhicule quitte la zone de couverture d'un réseau NGeCall (le réseau mobile indique au récepteur s'il prend en charge ce type de système). Dans ce scénario, le système embarqué IVS doit accéder indépendamment au standard eCall en cas d'urgence.

De nombreux clients, fabricants et laboratoires de test, ont déjà testé leurs procédures d'appel d'urgence avec le système Rohde & Schwarz. Sa flexibilité est très impressionnante, et sa capacité à simuler tous les réseaux mobiles actuels, ainsi que les systèmes de positionnement satellite, facilitent les ajustements. Peu importe comment l'Union Européenne ou toute autre région du monde conçoivent leurs systèmes d'appel d'urgence automobile, la solution Rohde & Schwarz sera capable de les tester.*)

*) Une solution dédiée à la 5G nécessitera une évolution du testeur de réseaux mobiles.

Thèmes associés
Automobile
Solutions de test pour l'automobile

Plus d'information

Connectivité
Voitures connectées

Plus d'information

eCall
Appel d'urgence - solution de test certifiée indépendamment

Plus d'information

La technologie en action

Trois générations dans la glace
Trois générations dans la glace

Depuis des décennies maintenant, la technologie à ondes courtes de Rohde & Schwarz assure les communications entre les stations de recherche italiennes de l'antarctique avec leur pays.

Plus d'information

Radiodiffusion 5G
La TV mobile remise au goût du jour

Le déploiement de la 5G apportera une nouvelle vie à une ancienne idée : pouvoir regarder la télévision sur des appareils mobiles. La technologie de transmission est dorénavant prête pour le déploiement.

Plus d'information

Icarus
Mise en service de l'internet des animaux

ICARUS, l'ambitieux projet d'observation animale à grande échelle basé sur la station spatiale internationale (ISS), a terminé sa phase de test avec brio, permettant de commencer les premiers projets.

Plus d'information

Demander des informations

Vous avez des questions ou besoin d'informations supplémentaires ? Remplissez simplement ce formulaire et nous vous recontacterons rapidement.

Je souhaite recevoir des informations de Rohde & Schwarz via

Marketing de permission

Je souhaite recevoir des informations marketing ou publicitaires (par exemple sur des offres spéciales et des remises promotionnelles) de la part de Rohde & Schwarz GmbH & Co. KG et des entités ou filiales de Rohde & Schwarz mentionnées dans le Imprint de ce site internet via courriel ou voie postale. D'autres détails sur l'utilisation des données personnelles et sur la procédure de rétractation sont fournies dans la Déclaration de confidentialité et L'autorisation Marketing.

Votre demande a bien été envoyée ! Nous vous contacterons dans les plus brefs délais.
An error is occurred, please try it again later.